Le Perce-Neige de Rensuke Oshikiri

Fiche

  • Titre : Le Perce Neige
  • Auteur : Rensuke OSHIKIRI
  • Editeur : Omake
  • Date de publication française : 13 juin 2019
  • Type : Josei
  • Genre : Horreur / Suspense
  • Nb de volumes parus : 2

Résumé

Haruka Nozaki est une adolescente qui emménage avec sa famille dans une ville rurale du Japon. Elle intègre ainsi l’école de la petite ville et doit faire face aux harcèlements de ses camarades de classe particulièrement cruels. Ne voulant pas inquiéter sa sœur et le reste de sa famille, Haruka décide de prendre sur elle du mieux qu’elle peut. Mais tout bascule lorsque ses bourreaux provoque par accident l’incendie de sa maison, entraînant la mort de ses parents et le coma de sa petite soeur, gravement brûlée. Haruka décide alors de se venger...

Mon avis

A force d’en entendre parler plus que de raison chez le copain Apprenti Otaku, la découverte des œuvres d’Oshikiri est devenue une nécessité étant donné que je partage bien souvent ses avis ou les thématiques qu’ils affectionnent. Il y a peu, la semaine du Shojo à été l’occasion de voir encore le mangaka mis en avant sur son blog avec le titre choc Le Perce Neige. Un manga qui se trouve moyennant comme bien souvent une somme trop importante puisqu’il est en rupture de stock mais une réimpression devrait arriver. De mon côté les mediatheques étant mes amies j’ai pu trouver l’intégrale de dispo rapidement et le plonger dans cet univers sombre, très sombre.

Le Perce Neige a été prépublié dans le Horror M à partir de 2007 et s’est terminé en 2009 après 20 chapitres. 20 chapitres seront par la suite compilés en 3 volumes lors de sa première sortie au Japon puis ressortiront dans une nouvelle édition en 2 volumes. En 2019, c’est via Omake manga que le titre arrive en France dans ce même format.

On va suivre dans ce titre le quotidien de la jeune Haruka Nozaki qui, depuis qu’elle a déménagé dans une petite ville de campagne, vit un véritable enfer à l’école. Violences, vols à répétition, menaces tout y passe et tout est bon pour essayer de faire craquer la nouvelle arrivée. Car les élèves n’en veulent pas, l’école va fermer en fin d’année alors de questions de voir débarquer une citadine dans leur quotidien et « gâcher » leur dernière année. Enfin toutes les excuses sont bonnes pour être cruel car l’adolescente n’est que la nouvelle victime de ces enfants cruels et tourmentés. Malgré l’horreur qu’elle vit quotidiennement elle prend sur elle pour ne pas inquiéter sa famille. Malgré tout ses parents ne sont pas dupes et finissent par remonter tout ça à la professeure de la classe. Sans aller jusqu’à à tout vous détailler, les violences vont s’accentuer jusqu’à ce que les bourreaux franchissent le point de non retour en tuant les parents de leur camarade de classe et laissant dans le coma sa petite sœur après avoir mis le feu à leur maison… Après ça tout va basculer, la jeune fille décidant de ne plus subir mais de les faire payer pour ce qu’ils ont fait…

Dire que je suis quelque peu maso est un doux euphémisme… Le synopsis ne laisse aucun doute quant au contenu du manga et je suis beaucoup trop mal quand on parle de harcèlement et de harcèlement scolaire. Ça me retourne littéralement le bide… Vous allez me dire que je suis un crétin d’avoir lu ce titre en connaissance de cause mais encore une fois j’avais envie de découvrir le titre et la manière dont l’auteur abordait et développait le parcours des différents enfants (point mis en avant dans le billet de L’Apprenti Otaku).

On peut découper l’œuvre en 2 parties la première focalisée sur le harcèlement d’Haruka et la deuxième qui commence après l’incendie de sa maison. La première partie était pour moi beaucoup trop intense et m’a laissé vraiment très mal à l’aise. Si je n’ai pas d’appréhension particulière à lire quelque chose de violent, le quotidien de l’adolescente a d’horrible qu’il n’a rien de fictif. Si bien sûr on peut rajouter de la surenchère dans une œuvre de fiction atteignant ainsi des degrés de violence énormes, le harcèlement appartient lui bien à la réalité de notre monde. Et ne vous inquiétez pas pour les bourreaux de la réalité, leur imagination est aussi débordante que leur stupidité. Vous l’aurez compris pour moi ce passage ne m’a pas plu du tout mais tout simplement car émotionnellement parlant je me sens trop vite dépassé par ces récits du quotidien de milliers d’enfants. Mais en laissant de côté mon affect, je dois dire que le mangaka traite plutôt bien le sujet arrivant (pour ma part en tout cas) à nous faire vivre pleinement l’enfer de l’adolescente. Le côté enfant gentil d’un côté et horrible de l’autre pour certains, ou encore ceux qui ne se cachent même pas, ceux qui suivent tels des moutons, ce qui ne pensent finalement qu’à sortir du radar des leaders en martyrisant la nouvelle arrivée, bref il n’oublie rien et colle vraiment aux différents comportements que l’on peut rencontrer.

La deuxième partie m’a beaucoup moins tourmenté. Si la violence est omniprésente et bien crade par moment, je me suis senti plutôt dans une boucherie sous fond de vengeance et de fait moins impliqué emotionnellement (tant mieux). Mais c’est là que finalement on retrouve la mise en place du background d’une partie des enfants. Une tentative d’explication de pourquoi et comment on devient ce que l’on est. Façonnés par un quotidien violent pour certains, sur-protégés pour d’autres, simplement un quotidien ennuyeux pour d’autres. Oshikiri fait passer au travers des différents enfants les défaillances du monde adulte. De la violence conjugale, à nos peurs que nous rejetons sur nos enfants en les protégeant de tout, en passant par une non écoute des envies et besoins de nos enfants sous prétextes qu’ils ne sont que des enfants. Si jamais il ne cherche à donner une excuse à chacun des enfants, Oshikiri met plutôt en exergue les comportements toxiques des parents qui vont modeler ensuite le comportement de leurs progénitures. Des modèles dysfonctionnels qui n’auront de cesse de rester persuadés jusqu’au bout que leurs enfants sont de petits anges….

Le style graphique du mangaka ne plaira certainement pas à tout le monde mais pour ma part aucun problème, je trouve même que le style est plutôt efficace dans ce récit donnant un air vraiment agressif et aspect horrible aux enfants dont les visages sont déformés par la haine et la violence qu’ils ne contiennent plus. Du début à la fin je trouve que le mangaka arrive à faire ressortir pleinement les émotions qui traversent les différents personnages de la tristesse à la colère en passant par des instants d’apaisement même s’ils sont rares.

Le tout donne un titre intéressant et qui se dévoré d’une traite. Âmes sensibles s’abstenir je pense que vous l’aurez compris à la lecture de ce billet mais si vous n’êtes pas réfractaire à l’horreur du quotidien d’un enfant harcelé et que les scènes trash ne vous font pas peur alors foncez sur ce manga. De mon côté, la lecture fut éprouvante mais de bonne qualité par le traitement de cette enfance brisée plus particulièrement, hâte de poursuivre ma découverte d’Oshikiri !

5 commentaires sur “Le Perce-Neige de Rensuke Oshikiri

  1. Je vois que tu as craqué sous le lobbying de L’apprenti Otaku! J’avais déjà envie de lire ce manga (attendant de le trouver en médiathèque ou une réimpression) mais ton avis me rends encore plus curieux du titre surtout de la première partie qui semble dur mentalement! Merci pour ton avis

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s