Le voyage de Ryu de Shotarô Ishinomori

Fiche

  • Titre : Le voyage de Ryu
  • Auteur : Shotarô Ishinomori
  • Editeur : Glénat
  • Date de publication française : 16 février 2011
  • Type : Shonen
  • Genre : SF / Aventure
  • Nb de volumes parus : 5

Résumé

Ryu, voyageur spatio-temporel se réveille de son hibernation pour constater qu’un problème s’est produit dans son vaisseau. Ses collègues morts de vieillesse, le vaisseau spatial s’est crashé sur une étrange planète. Étrange en effet puisqu’il se trouve tout autant dans le passé de la Terre que dans son Futur. Le temps et l’espace se mêlent pour Ryu qui devra affronter tout autant les hommes des cavernes que des robots futuristes. Ryu n’aura de cesse de découvrir et comprendre cette planète, afin de s’affranchir de cette prison.

Mon avis

Place aujourd’hui une nouvelle fois à un mangaka incontournable du monde du manga, un auteur du patrimoine, des artistes qui sont aujourd’hui beaucoup trop mis en arrière plan au profit de titres mainstream. Et pourtant ces mangakas et leurs oeuvres ont bien souvent un fort message à faire passer et un message qui résonne souvent encore avec force dans notre monde actuel. Et si je vous ai déjà pas mal parlé de Tezuka avec les lectures de ses mangas dans le cadre du Osamu Tezuka Challenge, c’est aujourd’hui à un autre monument que je m’attaque : Shotarô Ishinomori. Et si je vous parle de ces 2 mangakas, ce n’est pas une coïncidence.

Car revenons rapidement sur Ishinomori avant d’aborder son œuvre. Ishinomori est né en 1938, et c’est dès 1955 qu’il sera repéré lors d’un concours de jeune talent du Shonen magazine par Tezuka qui en fait son assistant pour Astro Boy rien que ça! C’est l’année suivante qu’il va intégrer le fameux Tokiwaso, un appartement tokyoïte dans lequel va s’installer Tezuka dès 1953 et dans lequel de grands noms du manga vont s’y succéder. Très vite son travail dépassera celui d’assistant et il travaillera sur ses propres mangas. Véritable touche à tout il passera du shonen, au shojo en passant par le seinen, en créant au passage le style du super sentaï sans parler d’une série télé qui parlera au plus ancien San Ku Kaï dont il est à l’origine. Et tout comme Tezuka, il a laissé derrière lui un nombre d’œuvres monstrueux avec plus de 700 mangas.

Après ce rapide passage sur Ishinomori, intéressons nous au manga du jour à savoir Le Voyage de Ryu. Le manga commence avec le réveil du jeune homme Ryu à bord du vaisseau spatial dans lequel il avait embarqué clandestinement il y a 40 ans. Réveil car ce dernier a été mis en état d’hibernation par les membres de l’équipage ce qui semble avoir été une chance pour le jeune homme puisque le reste de l’équipage est mort. Ryu se retrouve sur une planète hostile qui devrait être la Terre mais qui ne ressemble pas du tout à la planète qu’il a quittée. Mais quelques symboles bien connu, tel que le mont Fuji, ne laisseront plus de place aux doutes. Car oui il lui semble être parti seulement 40 ans mais comme dans tout voyage spatiotemporel à très grande vitesse c’est bien plus que 40 ans qui s’est finalement écoulé. Tour à tour il découvrira la Terre revenu à l’époque préhistorique, des villes futuristes, des hommes qui ont mutés et encore bien d’autres choses.

Nous allons donc suivre Ryu dans son périple sur cette planète hostile à la recherche de ce qu’il aimera appeler la civilisation ou les hommes civilisés, mais ses certitudes sur l’humain vont être mises à mal par sa rencontre avec God, qui lui expliquera ce qui a amené la Terre à ce qu’elle est aujourd’hui. Il va apprendre des différentes personnes et société qu’il va croiser. Mais est il prêt lui à changer?

Vous connaissez mon attirance pour les récits de science-fiction et avec le voyage de Ryu, Ishinomori m’a fait voyager mais surtout il nous questionne sur l’humain et ses actions. Sa volonté de suprématie absolue sur les autres de son espèce mais aussi sur les animaux ou sur la planète qu’il occupe. Un comportement ayant mené la Terre et toutes les espèces l’occupant à leur perte (en grande partie). Et toute la bêtise ressort dans ce récit, une guerre nucléaire qui va mettre à mal la planète et ses habitants, les uns ayant cru que les autres les attaquaient alors qu’il s’agissait d’une chute météorites, entrainant ainsi le monde dans le chaos. Et tout ce qu’on ressent ce sont les mises en garde de l’auteur face à notre évolution et ce qu’on décide d’en faire et contre la vanité et notre sentiment d’avoir le droit de disposer de tout comme bon nous semble, le meilleur moyen de courir à notre perte.

Les interrogations, les réflexions, les constats du mangaka sont ceux d’une génération marquée au fer rouge par l’horreur d’une guerre sans précédent, l’utilisation d’armes qu’on avait jamais vu et que plus personne n’a vu depuis, des évènements bouleversants. Et je pense que ce que font ressortir les artistes ayant vécus de près ou de loin ces évènements ne pourra jamais être égalé en terme de force et de justesse. Car aujourd’hui tout cela est un lointain souvenir, quelques lignes dans des livres d’histoires, quelques noms qu’on retient (ou pas si ça ne nous intéresse pas) mais rien de l’ordre du vécu. Et si la bêtise humaine est un puit sans fond comme on le voit aujourd’hui bien trop régulièrement, ces personnes là on vécut l’impensable, le summum de ce qu’est capable l’Homme en terme d’horreur. C’est pourquoi je trouve au combien intéressant de lire ces titres car il y a quelque chose derrière un véritable fond derrière la forme que bien souvent les gens jugent désuète.

Et pourtant, si on parle de la forme je ne trouve pas ça vieillot, le style me plait et m’attire. Et si je vous ai parlé de Ishinomori et de son parcours au départ, c’est parce qu’il ne peut pas renier l’influence de Tezuka que j’ai très fortement ressenti dès le début. Certaines planches de Ryu me faisant penser à Prince Norman. Mais assez rapidement j’ai trouvé qu’on s’en détachait, le mangaka étant vraiment maitre de son univers et de ce qu’il a créé. Les espèces animales ou végétales sont assez détaillés, le trait est dynamique rendant les phases d’action vivantes.

Si l’œuvre et son message m’ont énormément plu, il y a un bémol : l’édition. Si on ne peut qu’apprécier le fait que Glénat publie le titre, l’écrin n’est pas à la hauteur de l’œuvre. Et pour une maison d’édition publiant chez nous des titres qui sont de véritables machines à fric, on pourrait s’attendre à avoir de belles éditions lorsqu’il s’agit d’œuvres ou de mangaka patrimoniaux. Et là nous n’y sommes pas et c’est clairement dommage. Rappelons au passage que l’autre oeuvre d’Ishinomori publié dans cette fameuse collection Vintage, Cyborg 009, n’a quant à elle même pas eu le droit d’aller jusqu’au bout de sa parution… On peut s’attendre à beaucoup mieux d’un éditeur qui se dit pionnier sur le manga et avec des locomotives comme One Piece, Dragon Ball, Berserk, et bien d’autres encore.

Il n’en reste pas moins que je vous encourage vivement à découvrir ce manga qui plaira sans aucun doute à tous les amoureux de SF et qui parlera à beaucoup par son message qui sonne encore juste malgré les années.

6 commentaires sur “Le voyage de Ryu de Shotarô Ishinomori

  1. Je n’ai pas lu le manga mais je trouve cet article très intéressant et tu sais donner envie. La force du message et son actualité, et ce que tu dis du rapport au monde de l’auteur qui a connu la guerre me parle bien !

    Et je souscrit totalement à ta remarque sur l’édition… Glénat doit avoir quand même assez de lingots grâce à One Piece et Dragon Ball pour proposer davantage de soin pour des titres patrimoniaux, que diable !

    J'aime

    1. C’est ça Glénat ne pense que rentabilité on dirait bien et les gains (assez confortables j’imagine) avec les grosses licences leur permettrait d’investir clairement sur des éditions soignées pour des titres patrimoniaux. Mais non par contre pour faire une collector OP en cuir y a du monde ^^
      Sinon content d’avoir réussi à faire ressortir mon enthousiasme pour ce titre. Et je pense vraiment qu’on ne trouvera plus de message aussi fort que ce qu’a pu nous transmettre cette génération tout média confondu.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s